Guillaume Depardieu

Une étincelle s’en est allée, trop vite mais comme le font toujours les étincelles. Elles scintillent et filent se perdre quelque part, là où rien ni personne ne leur demande de rendre de compte. Guillaume appartenait à cette famille d’hommes étincelle, libre et fragile à la fois. Guillaume un garçon lucide aussi, et c’est là le drame. La lucidité creuse les cavernes de la solitude au fond desquelles bat le cœur des oubliés. Trop vrai pour accepter la compromission, trop beau pour se contenter de cette laideur quotidienne, trop talentueux pour tolérer la facilité, Guillaume était l’homme de la rupture et de la fêlure.
Je le respectais pour son authenticité, je l’admirais pour sa sensibilité si perceptible, il y avait — et bien que je déteste ce type de comparaison — du Patrick Dewaere en lui. Il baladait dans sa carcasse qui l’a tant fait souffrir le rire sourd et pur d’une enfance perdue.

Merci Guillaume d’être venu…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (4)

1. anaka (site web) 26/10/2008

c'était pour lui, cette pensée envolée comme un ballon de baudruche,
fin de kermesse.
trop de bruit, trop...
http://anakaleatoires.over-blog.com/article-23744911.html

2. céphée (site web) 15/10/2008

[...]
Le voyage est court... Essayons de le faire en première classe ...
[Philippe Noiret]

3. sergio falcone (site web) 14/10/2008

Elle est retrouvée,
Quoi? — L'Éternité.
C'est la mer allée
Avec le soleil.

It is found again.
What? Eternity.
It is the sea
Gone with the sun.


L'Éternité,
Arthur Rimbaud,
1872.

**********
**********
**********



4. Dominique Hasselmann (site web) 13/10/2008

Merci pour ce mot sincère et sensible, non journalistique.

Oui, Guillaume Depardieu, une sorte de comète, pas dupe de la comédie cinématographique, regrettant un père trop absent et soudain présent pour son départ sans retour.

Images de douleur éteinte.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau