À droite, tous ?

 

Libération du 7 et 8 février


Le commentaire de la photographie est suffisamment éloquent ! Voici dans quel type de démocratie nous sommes. Son idéologie se résume en trois mots : Fric – Curé – Facho.


Fric : l’évidence est si flagrante qu’elle m'interdit d’aller plus avant. iI suffit de regarder autour de soi, de tendre l’oreille pour en voir et en entendre les conséquences tragiques. La crise… La crise…


Curé : souvenons-nous des propos de celui que je refuse de nommer Sarko (ce diminutif est trop sympathique, affectueux même) mais par son nom Sarkozy : « […] Dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur et le curé, parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porté par l'espérance. » Pour quand la généralisation du « Je vous salue Marie » à chaque début de cours déclamé par des enfants vêtus de blouse grisâtre ? Cette déclaration provoque l’envie d’entrer révolver au poing dans la première église que l’on croise sur les chemins da la liberté ! Trop radical ? Oui, je verse sans doute dans le charisme d’un engagement porté par l’espérance. À chacun son niveau de conscience…


Facho : là aussi, l’évidence était perceptible, à présent la transparence crève les yeux.
Flash-back : le 6 février 1934, les partis d’extrême droite : Croix-de-Feu, Jeunesses patriotes, Camelots du Roi s’unissent pour renverser le gouvernement soi-disant complice et protecteur des intérêts de l’escroc Stavisky. S’en suivent manifestations, émeutes, répressions, morts et blessés…

Le 6 février 2009, des militants d’extrême droite, sous la bénédiction de la préfecture, organisent un rassemblement aux abords de l’assemblée pour célébrer le 75e anniversaire de cette page d’histoire. Cet événement est passé pratiquement inaperçu, comme s’il était naturel que la bête immonde puisse encore marquer sa présence et creuser sa propre mémoire. Mais il est vrai que la droite conservatrice, rinceuse de doigts ex-bénitier a toujours eu des affinités avec l’extrême droite, n’oublions pas la vieille tradition française : travail – famille – patrie, ce triptyque qui a justifié et justifiera encore tous les massacres et les arrestations sommaires, comme c’est le cas de nos jours. La présence de camps de rétention en est la manifestation abjecte !


La regression intellectuelle et la repression sociale mènent la danse, à nous de ne pas en suivre la cadence, pas plus que le pas. Le nationalisme en Italie, en Allemagne et ailleurs revient sur le devant de la scène. C’est toujours la faute au voisin étant la conjuration contre l’injustice et la misère. Le voisin : l’étranger, dans l’acceptation large du terme. En conéquence, soyons tous l’étranger de ce monde qui n’est pas le nôtre, car le nôtre ne peut être que celui d'une liberté couleur d’homme. La vigilance s'impose…

Fabrice Pascaud

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (12)

1. charp (site web) 14/04/2009

Rien de nouveau, hélas. Ceci n'est que la mise au jour de ce qui n'a jamais cessé d'être, mais se cachait un peu. Chaque camp fourbit ses armes, en prévision des vraisemblables affrontements. Ce qui a d'inquiétant n'est pas que l'autre camp se prépare, mais que celui de la liberté et de la révolution le fasse si peu..
Sur ta remarque, concernant le "génie de la jeunesse". moi aussi, cela me heurtait, quand j'étais jeune et que je voyais plus d'aveuglement que de génie autour de moi. Il n'en reste pas moins que c'est de là seul que viendra l'espérance.
Et pour comprendre le rapport de Breton à la jeunesse, il y a le témoignage de Duchamp, ici dans "Témoignages", quant à la violence de Breton contre les vieillards, violence que dans son témoignage Soupault relie au comportement indigne des "aînés" dans la guerre 14-18.
Ceci dit, comme Duchamp le souligne, il s'agit là surtout d'une manière de vivre le temps. "Ne pas démériter de sa jeunesse".

2. Arcane 17 12/02/2009

& Favier daniel : c'est effectivement édifiant ! La vigilance s'impose car on ne les voit pas, on ne les entends pas (encore que) mais ils sont bel et bien là contrairement à ce qu'en pensent certains. La loi pour l'avortement sera de plus en plus malmenée et je crains le pire compte tenu des odeurs d'encens qui infectent l'air de l'eau
Un sondage montre que 64% de la population est pour le rétablissement de la peine de mort. Et parmi ceux-là certains descendent dans la rue manifester. La confusion la plus totale et c'est là que réside le danger.

3. FAVIER DANIEL 12/02/2009

Je vous donne une adresse courriel,à examiner pour se rendre compte où nous en sommes!...
Je serai à Cadet...si j'ose dire.
Il va bien falloir reprendre les choses en main avec violence,car il ne nous reste plus que cela.
A plus

sos-tout-petits.org/pub.html

4. Arcane 17 11/02/2009

Chère Odile : "Le désordre, c'est l'ordre moins le pouvoir." Léo Ferré
Alors, soyons merveilleusement désordonnés

5. odile Andrieu 11/02/2009

Cher Arcane 17, je veux bien me tenir au courant, mais pas me laisser innonder par l'info et toutes les émotions et souvenirs qui s'y rattachent. Tu sais bien que l'énergie voyage dans le même sens que les pensées, les miennes, les tiennes, les notres. Notre choix n'est pas, ce que nous ne voulons pas permettre, c'est ce que nous souhaitons vraiment vivre.

6. sergio falcone (site web) 11/02/2009

Il male assoluto è il nazifascismo, assieme alla burocrazia.

7. Arcane 17 11/02/2009

La conscience politique ne se résume pas à une manifestation aussi importante fut-elle. La réaction n'est pas synonyme de création et ce même s'ils sont anagrammes. La conscience individuelle est certes la source de tout, mais encore faut-il que cette source rejoigne le grand fleuve, les ruisseaux ne créent pas d'inondations mais ils y participent dès l'instant où ils rencontrent les grands courants.
Le "Y'a pas photo" est bien ce qu'il peut y avoir de pire, car rien de pire que la force de l'ombre qui nourrit la plante carnivore. "Nous partîmes cinq cents mais par un prompt renfort nous nous vîmes trois milles en arrivant au port"

8. ANDRIEU Odile (site web) 11/02/2009

"L'espoir d'un avenir meilleur... La conscience politique.... par le passé."
Et là tout de suite dans le présent ? C'est là que tout se passe, tout de suite si nous le voulons non ? Dans conscience politique, il y a conscience avant tout. Comment la conscience peut-elle être pour le groupe, si elle ne passe pas d'abord par la "conscience" individuelle. Moi j'aime bien " Conscience de l'Homme". Des millions de personnes manifestent et pas en silence, dans toute la France !! 200 crétins défilent dans l'ignorance la plus totale !! Y a pas photo !!

9. Arcane 17 10/02/2009

Oui, Jean-Jacques. Breton plaçait de hauts et grands espoirs dans le génie de la jeunesse. Il est vrai que la jeunesse représente toujours l'avenir, mais je n'ai jamais trop compris cet espoir. La révolte n'a pas d'âge en fait. Il est vrai que la conscience politique n'est plus ce qu'elle a été par le passé. Mais viendront d'autres horribles travailleurs qui reprendront par les horizons où l'autre s'est affaissé. (Rimbaud)

10. Jean-Jacques Fourmond 10/02/2009

Vos remarques à tous les deux sont d'autant plus lucides qu'elles trouvent de multiples illustrations dans l'actualité.
Que de tergiversations avant de condamner un évêque négationniste ! Et encore ! on parle de suspension, non d'exclusion. Il faut sans doute moins de temps pour limoger un préfet démocrate que pour exclure un évêque fasciste.
Cependant, sans vouloir désespérer de l'avenir, je crains que la capacité d'indignation et de révolte au sein de la jeunesse ait considérablement décru. La conscience politique des jeunes gens issus des classes populaires est, je peux en témoigner, assez limitée.

11. Arcane 17 10/02/2009

Que tes paroles soient entendues Dominique.

12. Dominique Hasselmann (site web) 10/02/2009

Voilà un écrit salutaire (pas dans son sens religieux) et nécessaire.

Il est pour le moins curieux que ce type de manifestation n'ait pas eu comme conséquence le "débarquement" du Préfet concerné. Certes, Paris n'est pas Saint-Lô où quelques irresponsables ont osé crié leur colère contre le président Sarkozy en déplacement.

L'Irak semble plus tranquille pour échapper à ce genre d'inconvénient !

La toujours actuelle alliance de la trinité TFP (que les FTP, en retournant inconsciemment ce sigle, ont combattu avec détermination sous la conduite inflexible d'un Charles Tillon) reste assise dans les fauteuils dorés du pouvoir.

Les manifestations de rue auront, un jour, raison d'elle ainsi que des innombrables larbins à sa dévotion.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau