Requiem for me de Stanislas Rodanski

 

Novembre 1948 : Stanislas Rodanski est exclu, avec une poignée d’autres, du groupe surréaliste réuni autour d’André Breton après son retour d’exil. Au prétexte d’une « activité fractionnelle ».
Janvier 1949 : il est arrêté puis interné à l’hôpital de Perray-Vaucluse. Il en sort en mai et se rend à Megève, à l’invitation d’un ami. Rentré à Paris, il mène une vie errante interrompue par une nouvelle arrestation le 1er août puis un internement à Villejuif où il restera jusqu’en octobre 1952. C’est là qu’il écrira ses grands textes dont quelques-uns ont été rassemblés dans ses Écrits publiés chez Christian Bourgois en 1999 Il en restait d’autres, une quantité d’autres, désormais réunis à la bibliothèque littéraire Jacques-Doucet où ils sont en cours de classement, en attendant – souhaitons-le ! – que les rejoignent ceux qui sont encore disséminés.
Requiem for me se présente comme le long, immense et déréglé récit de ce qui lui est arrivé (peut-être) à Megève en mai-juin 1949. Au carrefour du « roman détective » – ainsi que Rodanski nomme son texte –, de l’autobiographie manquée et du poème onirique, cet important inédit trouve, après dix ans d’attente, son issue éditoriale.

François-René Simon

 

Bon de commande :


Stanislas Rodanski, Requiem for me
Présentation de François-René Simon
Frontispice de Jorge Camacho
Un volume de 144 pages, 150 x 220 - Tirage : 800 exemplaires sur munken,
plus quinze exemplaires de tête, imprimés sur tintoretto et numérotés de i à xv,
comportant une lithographie de Jorge Camacho coloriée à la main
et signée par l'artiste.
Bon de commande
Nom .................................................. Prénom .......................................................
Adresse .....................................................................................................................
......................................................................................................................................
.................................................................................................................................
désire recevoir
.......... ex. de tête de Requiem for me, de Stanislas Rodanski, au prix de 350 euros.
.......... ex. sur munken de Requiem for me, de Stanislas Rodanski, au prix de 18 euros.
Frais de port : 3 euros par commande.

Bon de commande à retourner, accompagné
du règlement par chèque bancaire à l’ordre de l’éditeur,
aux : Éditions des Cendres - 8 rue des Cendriers - 75020 Paris (tél 01 43 49 31 80)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (5)

1. lataupe (site web) 24/04/2009

Je découvre ceci par hasard, mais ce hasard me permet aussi de connaître cet espace. Disons, alors, qu'il s'agit en effet d'un petit cadeau, et d'un hasard doux. Je suis mis en cause, et il me semble qu'il devrait exister un droit de réponse en tout, partout... Apprenez, mademoiselle, malgré votre français (qui suffit cependant pour le rire pitre) que si l'art est difficile la critique, elle, est plus aisée. Que faites-vous, vous, rien je crois. Vous en souffrez à ce point? Le texte en question est sans aucune prétention (ce sont des balbutiements et des ironies vaines, une petite crotte, une petite chose desséchée que je laisse sur mon site pour mémoire, par intégrité, une forme d'hommage, aussi, libre et plein de candeur) et pourtant vous êtes passée à côté de son esprit. Quand on fait, quand on commence à faire, quand on a ce courage, alors, parfois, on prend le risque de mal écrire, de mal penser, et de se perdre. Mais on commence, et on a fait. C'est tout. Je ne vous en tiens pas rancune, vous n'existez même pas. Au plaisir de vous revoir, peut-être, et de lire un commentaire plus constructif, plus respectueux... Ne voyez aucun orgueil dans ma réponse (légitime?), aucune vexation. Je ne suis rien, et ne prétends pas être autre chose. Les faiseurs de critiques sont utiles, quelle qu'ils soient, mais pour cela il leur faut avoir connu honnêtement l'objet de leur critique. Cette saisissante grossièreté m'étonne de votre part, vous qui êtes sans doute une lectrice, une libertaire, une amoureuse des mots, et au delà des hommes. Quelle sombre contradiction! C'est cela la raison de ma longue prise de parole. Ce n'est pas moi. Cela je voulais vous le faire entendre

2. vittoria (site web) 31/03/2009

http://silvere.unblog.fr/2007/12/21/

un petit cadeau à un cher ami doux si tu permets;-)

vittoria

in italinao: nulla!!!!!

3. vittoria (site web) 31/03/2009

merci à toi pour la beauté qui donnes dans ce monde de merde!

ciao bello ciao;-)

vittoria

4. Arcane 17 31/03/2009

@ vittoria : merci pour le lien.

5. vittoria (site web) 31/03/2009

un battu
ou l'expression d' un victorieux
au-delà celle qui est re-connue
comme la dimension courante de la victoire?
jamais...gagné!

http://melusine.univ-paris3.fr/astu/Rodanski.htm

vittoria

vous pardonnez mon Français

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau