Ma chandelle est vive, je n'ai pas de dieu. Papiers collés et petits textes.

Auteur : André Bernard
Éditeur : Atelier de création libertaire
Prix : 20€
Année : décembre 2008

J’ai fait la connaissance d’André Bernard il y a 17 ans, et, pour contredire Rimbaud (ça sera la seule et unique fois, parole !), je dirai que c’était sérieux et tant mieux !
J’étais alors membre du groupe surréaliste de Paris et nous préparions la maquette d’une revue interne. En compagnie d’Aurélien Dauguet, — autre compagnon libertaire dont la claire-tour a laissé en moi des images merveilleuses et des souvenirs inoubliables — nous sommes allés lui rendre visite, c’est donc là que je l'ai vu pour la première fois. Un militant libertaire, sincère, pas une once d’esthétique comportementale comme il m’est arrivé de trop en croiser sur ma route. Une présence. Forte. Chaleureuse. Directe. Un œil de correcteur redoutable, chassant l’imperfection dans le souci du respect de la beauté des choses. Un homme droit comme la foudre de la révolte qui tombe à pic sur les chaînes de l’oppression. Un homme engagé, en totalité, toujours présent là où la liberté est comptée, la vie et l’amour menacés.

Je garde un beau souvenir de cet homme que je n’ai revu que deux fois par la suite ; mon départ du groupe surréaliste de Paris ayant, de mon fait, établi des distances mais non une rupture de fond.
Dans « Ma chandelle est vive, je n’ai pas de dieu. » André Bernard nous présente des potlatchs, ses poèmes, ses collages au travers desquels apparaissent son humour, son iconoclastie, son infinie tendresse et son âme d’enfant demeurée intacte. L’inattendu du choc poétique des rencontres nous attend à chaque page. Le livre d’un homme libre qui ne se prend ni ne se donne pour un artiste.
Un livre que je vous invite à découvrir.

Fabrice Pascaud

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. Pascale B. 21/02/2009

une omission qui montre que j'ai appris à ne compter que sur mes poings et mon coeur levés pour me défendre de ceux qui menacent ma vie rêvée.
Allez, pour le plaisir je la mets. On ne sait jamais, si Charlie Bauer était dans le coin...

2. Arcane 17 21/02/2009

Je vois Pascale que tu as omis d'indiquer ton adresse mail. Que de mails aurais-tu reçus, j'ose à peine imaginer…

3. Pascale B. 21/02/2009

J'aurai bien besoin de connaitre en ce moment "Un homme engagé, en totalité, toujours présent là où la liberté est comptée, la vie et l’amour menacés" pour m'aider à botter en touche cette foutue vie qu'on voudrait me faire croire....

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau