Je ne mange pas de ce pain-là - Benjamin Péret

RÉÉDITION DE « JE NE MANGE PAS DE CE PAIN-LÀ » DE BENJAMIN PÉRET.
AVEC UNE PRÉSENTATION DE GÉRARD ROCHE ET UNE ENQUÊTE DE HÉRIBERT BECKER
ÉDITIONS : SYLLEPSE
PRIX : 13 €
ANNÉE : 2010

 


CLIQUER POUR AGRANDIR

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (7)

1. Jean-Jacques Fourmond 04/03/2010

Il nous arrive de nous parler vivement. N'est-ce pas, Dominique ? Il nous arrive aussi de partager des moments de sympathie, de plaisir et d'exaltation. N'est-ce pas, Pascale ? Mais il est une chose qui nous réunit par delà nos nos divergences, c'est l'attachement au surréalisme et à André Breton. Il est rare de trouver sur la "toile" de tels lieux. C'est à Fabrice que nous le devons. Merci, Fabrice, de nous donner l'occasion de débattre et de retrouver, presque quotidiennement, tout ce qui fait notre raison de vivre.

2. Pascale B. 02/03/2010

Dommage que cette édition ne soit pas représentée sur mon île. Va encore falloir faire appel au système débrouille mais "pour ne pas manger de ce pain là", que ne ferais-je pas?
@Jean-Jacques: heureuse de te retrouver aussi, c'est un réel plaisir

3. Arcane 17 01/03/2010

@ Jean-Jacques : heureux de vous lire. Oui, Péret l'incontournable, l'irréductible et grand poète surréaliste. Relire « Je ne mange pas ce pain-là » redonne la force de vivre et bien plus encore…

4. Jean-Jacques Fourmond 01/03/2010

Merci, Fabrice, de donner à nouveau la parole à Péret, ce poète et cet homme si cher à mon coeur.
Merci également de rendre vie à ce site, dont nous étions nombreux à déplorer prématurément l'extinction.

5. C. Watson 28/02/2010

Hâtons-nous de remanger de ce pain de derrière les fagots. Un point c'est tout. Merci, Fabrice !

6. Arcane 17 28/02/2010

@ Dominique : ton commentaire flatte mon ego et, en ce jour, j'avoue le recevoir avec joie et humilité. Mon ego m'aidant à ne pas sombrer dans les senteurs d'encens.

7. Dominique Hasselmann (site web) 28/02/2010

En ce dimanche, ce pain-là est particulièrement béni.

Grâces en soient rendues à Fabrice Pascaud, flamme éclairante dont la persistance dans l'obscurité - et l'obscurantisme ambiant - est plus que jamais nécessaire.

Péret pour nous, pauvres pêcheurs !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau