Annie Le Brun "Si rien avait une forme, ce serait cela"

Auteur : Annie Le Brun
Éditions : Galllimard
Année : 2010
Prix : 21,90€

« Si rien avait une forme, ce serait cela. » Découvrant cette phrase par laquelle Victor Hugo rapporte ce que lui révélait le télescope d'Arago, un soir de l'été 1834, j'y reconnus tout de suite l'objet de mes préoccupations.
Je n'en savais pas plus sinon mon impatience à voir surgir de la nuit de ce temps ce qui n'était pas encore. Là aussi l'exactitude de Victor Hugo était impressionnante : « Confusion dans le détail, diffusion dans l'ensemble ; c'était toute la quantité de contour et de relief qui peut s'ébaucher dans de la nuit. L'effet de profondeur et de perte du réel était terrible. Et cependant le réel était là. »
Victor Hugo observait-il ici une des montagnes de la Lune, le « Promontoire du songe » qu'il nous ramenait au plus loin de tout système, c'est-à-dire au plus près de ce qui nous importe, très précisément là où se fomentent les rêves dont nous sommes faits.
Quant à la méthode pour s'en approcher, il la fallait indissociable d'un objet qui n'existe qu'à se déplacer d'une interrogation formulée dans un domaine à sa réponse trouvée dans un tout autre domaine, peut être même des siècles après. Sur ce point encore, je décidai de m'en tenir à la recommandation de Victor Hugo :
« Allez au-delà, extravaguez. »
Je n'ai prétendu à rien d'autre. »

Annie LE BRUN

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. Pascale B. 20/04/2010

Cher Jean-Jacques, votre commentaire est l'exacte extravagance du relief de ma nuit. J'aime qu'on me devance sur ce point.
Merci Fabrice pour cette annonce. Les livres d'Annie Le Brun sont précieux et toujours pleins de découvertes

2. Jean-Jacques Fourmond 19/04/2010

Un livre d'Annie Le Brun ! Comment ne l'accueillerais-je pas comme un signe, une lueur au coeur de ma propre nuit ? Merci Fabrice.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau