1968, année surréaliste - Cuba, Prague, Paris -



Auteur : Jérôme Duwa
Éditeur : Imec éditeur Coll. Pièces d'archives
Année : 2008
Prix : 24€


Note d'intention :
Une formule qui a déjà servi, mais qui n'est pas usée, pourrait être considérée comme la phrase de réveil à l'origine de cet ouvrage: « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi ! » Aujourd'hui, il n'y a plus vraiment lieu de courir et 1968 est derrière nous. Ce livre s'invite par effraction dans une trame du temps, où des femmes et des hommes ont couru et sont allés même plus vite que l'histoire : ce fut leur grandeur.
En peu de mois, entre 1967 et 1968, le groupe surréaliste parisien s'est en quelque sorte accompli, trouvant sa vérité successivement en trois lieux : à Cuba, à Prague et à Paris. Pour entrer dans cette vérité, il m'est tout de suite apparu nécessaire de donner la parole aux documents, aux pièces d'archives et aux textes d'époque qui seuls permettent de retrouver le ton et la couleur de ce temps en surchauffe révolutionnaire. Puisqu'il serait cependant naïf de croire que des documents historiques font sens par eux-mêmes, s'est aussi imposée à moi la nécessité de les éclairer sous un jour particulier ; les trois chapitres composant l'ouvrage et chacun des textes qu'on y trouve sont ainsi précédés d'introductions donnant des éléments propres à orienter le lecteur. Présenter les protagonistes, les circonstances ou les enjeux était en outre devenu incontournable, tant il est vrai que le groupe surréaliste de cette génération a été oublié. L’ensemble d'archives conservé à l'Imec constitue la source primordiale de cette tentative de reconstitution, et notamment les fonds Jean Schuster, Gérard Legrand, José Pierre, Claude Courtot, ainsi que celui de leur ami commun, Dionys Mascolo. L’iconographie qui agrémente le livre, en pleine page ou jusque dans ses marges, apporte d'indispensables points de fIxation pour l'imagination et permet de rétablir, autant qu'il est possible, le décor d'une époque révolue. EnfIn, chacun des trois chapitres se conclut sur un entretien qu'un témoin privilégié a eu l'amabilité de m'accorder pour une ultime mise en perspective historique.

Jérôme Duwa





Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Vermeersch (site web) 28/10/2016

En mai 68 le peintre surréaliste Jean-Claude Silbermann fut le modérateur de l'assemblée qui eut lieu à l'amphi de l'Institut d'art et d'archéologie, en laquelle une motion de boycottage de la marchandisation de l'art fut mise au vote et rejetée. Le soir même Jean-Jacques Lebel investissait l'Odéon. Silbermann fit partie du comité d'occupation de l'Ecole des Beaux-Arts par les artistes de l'entourage de Pierre Gaudibert.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.