Jean-Michel Goutier : Place André Breton

Discours de Jean-Michel Goutier lors de l'inauguration de la Place André Breton à Paris le 16 janvier 2009.

Vous avez connu André Breton. Dans quel contexte l’avez-vous rencontré ?

Jean-Michel Goutier J’ai connu André Breton en 1964. C’était après les difficiles années de la guerre d’Algérie. Envoyé avec le contingent, j’avais effectué le maximum de mon temps dans les Aurès. Je suis rentré en France, traumatisé par cette guerre et dans un état de révolte proche de celui des surréalistes au sortir du premier conflit mondial. Je lisais beaucoup et notamment les poètes : Péret, Artaud, Breton, Crevel... Fasciné par Le théâtre et son double d’Artaud j’ai présenté, dans un cabaret de la Rive gauche, un montage poétique que j’avais intitulé : Lignes de forces surréalistes. Par souci d’honnêteté, j’ai envoyé le synopsis à André Breton qui m’a fait savoir qu’il ne fallait en rien modifier le choix des textes et s’en tenir à cette première mouture. Dans les mois qui suivirent il me proposa par un courrier, portant également la signature de tous ses amis, de collaborer à une exposition qui était en préparation. Il s’agissait de L’Écart absolu, la dernière exposition internationale du surréalisme qui a eu lieu fin 1965. Nous avions élaboré, ma compagne et moi, un spectacle sur le thème de l’androgynat, qui tenait des premiers happenings créés aux États-Unis et des « performances » actuelles, au cours duquel nous échangions en boucle des répliques de Jean-Pierre Duprey, de Julien Gracq, de Breton, des passages du théâtre élisabéthain et de bien d’autres auteurs. Tous les soirs, nous fréquentions le café surréaliste La promenade de Vénus où le groupe se réunissait et nous vivions l’expérience extraordinaire de la mise en commun de la pensée. Ces rencontres quotidiennes ont duré jusqu’à la mort de Breton, fin 1966. C’est au cours de cette période exaltante que j’ai fait la connaissance d’Aube.


Propos recueillis par Nathalie Jungerman

édition novembre 2009
Pour lire la suite, télécharger le document pdf, ici

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (5)

1. alain Paire (site web) 12/04/2010

J'aime beaucoup le rappel de Jean-Michel Goutier tout au début de sa prise de parole. Il demande que soit rétabli le buste de Charles Fourier, quelques rues plus loin. Buste évincé brutalement pendant la guerre par les nazis, fleuri par Breton lors de son retour des Etats-Unis, aujourd'hui non encore réinstallé....

2. Arcane 17 23/02/2010

@ Alexandre : Je comprends et partage vos sentiments. Cela dit, je mettrai un bémol car je ne pense pas que, je vous cite : ce genre de « postérité » contribue à décharger le nom de ce libérateur de la pensée". La puissance de l'œuvre de Breton est en soi un talisman qui permet de dépasser ce genre de chose. Enfin, et comme vous le signalez, j'ai mis cette note en ligne pour porter à connaissance le discours de J.M. Goutier. Discours de qualité qui précise et rappelle certains faits que l'on a trop tendance à oublier.

3. Alexandre Fatta 23/02/2010

J'ai toujours cette réticence de voir les noms de grands libérateurs que j'aime servir de noms de rues. L'inauguration peut être l'occasion de livrer au public de magnifiques discours comme celui-ci (ce qui ne peut pas faire de mal en cette époque de "communication" vide). Mais je pense que ce genre de "postérité" contribue à décharger le nom de ce libérateur de la pensée qu'il défendait. C'est comme le signe qui survit à la chose signifiée. Enfn, j'espère que c'est une belle rue!

4. David Detrich (site web) 22/02/2010

In the margins of Surrealism the writings of Andre Breton have become the intellectual tall grass and yellow flowers of the architectonic forms which compose the Place Andre Breton in Paris, representations of the futuristic constellations of poetry written in the pages of Arcane 17, or now when the mood of exultation manifests itself as the triumph of Surrealism, the idealism seen in the eyes of a new generation.

5. Dominique Hasselmann (site web) 22/02/2010

Merci de donner à réécouter ce discours (ce jour-là, tout en écoutant l'orateur, je prenais quelques photos).

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/05/2014