Médium n°4 - Janvier 1955

Les surréalistes créèrent de nombreuses revues. Ce type de publication était le meilleur moyen de se faire entendre, de marquer une présence réelle, de montrer l'aspect expérimental et révolutionnaire de l'activité surréaliste et, enfin, de provoquer des rencontres. Hélas, peu d'entre elles ont fait l'objet de rééditions — excepté La révolution surréaliste et Le surréalisme au service de la révolution qui furent réédités grâce à Jean-Michel Place ; sans oublier Minotaure réédité par Albert Skira. Ainsi, si ces revues ne sont pas introuvables, en revanche leur prix fort élevé en interdit l'accès ! Pour pallier cette absence et contrer le mercantilisme, j'ai donc décidé de mettre à votre disposition en version « scannées » celles que j'ai en ma possession. Vous me pardonnerez pour l'aspect un tantinet bancal de certaines reproductions, mais marcher droit n'a jamais été mon fort…

Le dernier de la série

Cliquer sur la couverture pour obtenir le fichier pdf.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. Bourama Sow 05/02/2016

Très cher Fabrice
Je vous remercie de votre large générosité scientifique, de votre élan de solidarité dans la quête de la connaissance. La qualité et l'efficacité de votre travail réjouissent par l'accès facile aux fichiers téléchargeables. Vous m'avez permis d'accéder aux sources primaires du surréalisme sur lequel portent mes recherches actuelles. Merci beaucoup.
Qu'Allah swt vous bénisse, anoblisse et élargisse davantage votre cœur généreux! Amine.

2. Arcane 17 03/05/2010

@ Bernard : merci

3. Bernard 03/05/2010

Cher Fabrice
je tenais à vous remercier pour votre travail et la qualité de ce que vous nous donnez. Je suis abasourdi par le silence, pour ne pas dire le mutisme de ceux qui viennent se servir sur votre site sans avoir la décence de vous laisser un mot ou mieux un remerciement ! Tout serait si évident, naturel à ce point que l'échange serait devenu banal au point que nulle réaction ne serait de mise ? Je n'ose croire que l'on vient sur votre site comme l'on va au supermarché du coin, dans le seul but de s'approvisionner. Il doit bien y avoir des universitaires qui passent par chez vous, je ne les lis jamais ! Trop fiers qu'ils sont de protéger leur petit savoir. Pardonnez-moi pour cette note amère, mais j'admire en vous ce qui résiste en moi, je n'aurais pas votre « générosité » devant ce si désolent constat d'indifférence et de petitesse.
Encore merci.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau