Roger Gilbert-Lecomte



à Claude Sernet



Vous vous trompez je ne suis pas celui qui monte
Je suis l’autre toujours celui qu’on n’attend pas
Ma face sous le masque rouge gloire et honte
Tourne au vent que je veux pour seul guide à mes pas
J’assumerai l’immobilité des statues
Sous la colère de l’orage aux gestes tors
Qui rompt au sol vos fronts ruines abattues
Mais me laisse debout n’ayant raison ni tort
Qu’espérez-vous de moi seul droit dans la tourmente
Terriblement absent roide et froid sans sommeil
Pour parler aux vieux morts il faut trouver la fente
Par où filtre un rayon noir de l’autre soleil
Et si je tombe avant le soir sur la grand-route
La face contre terre et les deux bras en croix
Du fond de tout l’influx de force sourd en moi
Je me redresserai pour la nuit des déroutes
Et je remonterai vers vous comme la voix
Des grandes eaux hurlant sous les nocturnes voûtes
Avant l’heure et le signe advenus laissez-moi
Laissez-moi seul vous tous qui niez le prophète
Transmuant toute vie en un retournement
Du sens illuminé par d’immortels tourments
Laissez-moi dans le vide atroce de ma tête
Confondant confondu confondu confondant

Roger Gilbert-Lecomte



Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau