Le génie sans miroir (extrait)

Quand les livres se liront-ils d'eux-mêmes sans le secours de lecteurs ? Quand les hommes se comprendront-ils individuellement ? Nous avons traversé de tragiques périodes; les déluges ont détrempé nos os, les feux multipliés des astres et des incendies ont fait la calvitie sur la presque totalité de notre corps. Le tonnerre ne nous effraie plus, nous ouvrons les crânes pour en faire s'échapper les belles araignées de cristal et d'or dont les sots ignorent la beauté. Mais bien malin celui qui a pu voir son oeil sans le secours d'une vitre, celui qui a pu promener son regard sur le creux voluptueux de sa nuque. Nous avons aimé des idoles flexibles qui ignorent toujours quel charme peut avoir la cambrure de leurs reins. Ah ! vienne le jour où nous briserons le miroir, cette dernière fenêtre, où nos yeux miraculeux pourront contempler le "merveilleux cérébral".

Robert Desnos "Le Génie sans miroir", 1924.
(Merci à Dominique J.)





Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau