Tournesol d'André Breton

« Surfer » sur le net réserve, parfois, des surprises. Celle-ci en est une, et de taille. C'est la première fois que j'entends un poème d'André Breton mis en musique. Breton qui avait des rapports très complexes avec la musique ! Qu'en aurait-il pensé ? Pas grand bien, sans doute. Mais qui sait…  Hormis le fait que l'interprète occulte la « ferme qui prospère en plein Paris… » et s'octroie l'indicible honneur du « m'a-t-il dit passe », cette tentative m'a séduit. Et vous ? Les musiciens se nomment : Vincent Meillon, Frank Bessard, Mikael Lecoq...

F.P.


 
 

La voyageuse qui traversa les Halles à la tombée de l'été
Marchait sur la pointe des pieds
Le désespoir roulait au ciel ses grands arums si beaux
Et dans le sac à main il y avait mon rêve ce flacon de sels
Que seule a respiré la marraine de Dieu
Les torpeurs se déployaient comme la buée
Au Chien qui fume
Ou venaient d'entrer le pour et le contre
La jeune femme ne pouvait être vue d'eux que mal et de biais
Avais-je affaire à l'ambassadrice du salpêtre
Ou de la courbe blanche sur fond noir que nous appelons pensée
Le bal des innocents battait son plein
Les lampions prenaient feu lentement dans les marronniers
La dame sans ombre s'agenouilla sur le Pont-au-Change
Rue Git-le-Coeur les timbres n'étaient plus les mêmes
Les promesses de nuits étaient enfin tenues
Les pigeons voyageurs les baisers de secours
Se joignaient aux seins de la belle inconnue
Dardés sous le crêpe des significations parfaites
Une ferme prospérait en plein Paris
Et ses fenêtres donnaient sur la voie lactée
Mais personne ne l'habitait encore à cause des survenants
Des survenants qu'on sait plus dévoués que les revenants
Les uns comme cette femme ont l'air de nager
Et dans l'amour il entre un peu de leur substance
Elle les intériorise
Je ne suis le jouet d'aucune puissance sensorielle
Et pourtant le grillon qui chantait dans les cheveux de cendres
Un soir près de la statue d'Etienne Marcel
M'a jeté un coup d'oeil d'intelligence
André Breton a-t-il dit passe

 

André Breton

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (9)

1. sarah (site web) 09/05/2014

l’extraordinaire de l'écriture automatique, une rupture totale avec la poésie classique

2. Pauline 12/12/2011

Bonjour à tous, je fais également une étude sur ce magnifique poème et je recherche toujours quelques éléments pour le compléter ! :) Auriez vous la gentillesse de m'envoyer un exemplaire du votre ? :) Merci d'avance !

3. Elina 10/09/2011

Tres bien j'aime beaucoup! bravo !! je suis impressionée car j'étudie le poème et interprété comme vous l'avez fait c'est vraiment très intéressant et très beau.

4. François 27/04/2011

Axelle, je fais moi même aussi une analyse sur ce poème mais j'aimerais voir si celle ci est complète et bien fait, auriez vous encore la votre ? Pourriez vous me l'envoyer ?

5. Axelle 07/02/2010

Intéressant, un bel essai!
Ayant étudié moi même ce poème surréaliste lors de mes études, je cherche sur le net des interprétations en comparaison..si jamais vous tombez sur quelque chose susceptible de retenir mon attention n'hésitez pas =)

6. gilbert (site web) 16/08/2009

Merci pour cet instant de poèsie

7. Michel 05/07/2009

Original

8. marilou 29/01/2009

Je trouves sa simpa

9. amal (site web) 18/01/2009

ghtygr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 01/06/2014