Lettres à Simone Kahn - 1920 à 1960

Lettres à Simone Kahn

Editions Gallimard - juin 2016
Prix : 23,50€
ISBN : 978-2-07-019687-6

Après Lettres à Aube vient de paraître la correspondance André Breton et Simone Kahn. Cette correspondance s’échelonne de 1920, année de leur rencontre, jusqu’à 1960.
Témoignage précieux qui nous livre des informations inédites sur l’époque Dada et les débuts du surréalisme. Mais au-delà de l’aspect historique, l’auteur du manifeste de 1924 nous apparaît d’une infinie tendresse, parfois désarmé, mais toujours fidèle à ses idées et à ses engagements. Si le désespoir, dont il parle si merveilleusement dans son poème
Le verbe être, transparaît, c’est toujours sous une lumière intérieure apte à dissiper la brume, à prendre d’assaut les tempêtes. Nous sommes loin de l’image ô combien caricaturale de la statue du commandeur, par trop véhiculée par les critiques et autres commentaires à l’emporte-pièce où le poncif alimente une bien piètre pensée !
Présentées et éditées par
Jean-Michel Goutier, ce second volume des correspondances — dans l’introduction est indiquée la fréquence de deux publications par an — nous parle d’une époque mouvementée aux moult trahisons intellectuelles, nous sommes à deux ans de la fin de la Première Guerre mondiale, dans laquelle se déploie toute la puissance et l’acuité de celui qui allait marquer et impulser à toute une génération une autre façon de voir, de percevoir la vie et la réalité dans la toute magnificence de la poésie et de l’amour. Une pensée qui a l’éclat du diamant et dont nous avons grand besoin. Dans notre époque tourmentée où l’incohérence et le déni ont tout pouvoir, André Breton reste, à mes yeux, le phare de cristal qui tient « à l’abri de toutes contagions. »

Fabrice Pascaud

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. Geneviève Bousquet 17/06/2016

Quelle belle introduction à cet ouvrage, digne d'André Breton, de l' "homme de pierre" au coeur innombrable, aux ressources inépuisables dont on n'a jamais eu autant besoin !
Je vous remercie encore Fabrice pour la haute tenue de votre langue, pour l' exaltation de votre style.

2. Roger Langlais 17/06/2016

Remarquablement établie et présentée par Jean-Michel Goutier, cette "Correspondance" se lit d'une traite et apporte en effet un éclairage inédit sur le dadaïsme, les débuts du surréalisme et leurs protagonistes (parfois méconnus, d'où l'intérêt des notes qui complètent très utilement l'ouvrage). "Deux publications par an", voilà qui laisse songeur et rend impatient !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau