André Breton lit un extrait d'Arcane 17


©Breton Elisa (1906 - 2000)
La photographie, qui représente un objet conçu par André Breton en 1944, a été utilisée pour la vitrine de la librairie Gotham Book Shop pour la publication d'Arcane 17. Au fond se trouve un dessin de Matta.

André Breton lit un long extrait d'Arcane 17.
Durée 10 minutes.

4 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (6)

1. Dominique Gabriel NOURRY (site web) 26/04/2011

Le véritable Rôle de la Femme est ici mise en Lumière !!!
Le dernier Surréalisme rejoint la plus profonde Sagesse .
Ne laissons jamais tarir le filon que nous a laissé sauter aux Yeux : ce n'est plus seulement l'Avenir de la Civilisation qui est en Jeu mais l'Avenir de la Vie elle-même !!!

2. Ron Mc Gregor 25/02/2009

Merveilleux.

3. Evelyne Abitbol (site web) 17/01/2009

Je suis tellement touchée par l'écoute de cet extrait que je connais par coeur depuis mon adolescence et pour l'avoir travaillé pour ma thèse et que j'entends pour la première fois récité par son auteur. Profondément émue! Merci tellement de nous alimenter et nous faire vivre ces moments d'éternité.
Evelyne A.

4. Gérard Roche (site web) 15/12/2008

Merci, cher Fabrice, pour ces trésors venus du plus profond de la forêt de Brocéliande pour nous enchanter encore dans un monde désenchanté.

5. Pascale B. 13/12/2008

Mais où vas-tu trouver toutes ces Merveilles? Je n'avais encore jamais vu ce vase, creuset de l'Amour qui renvoie sa Lumière.
Je vous offre un autre extrait, femme-enfant que je suis, extrait que je vous envoie sous les myriades étoilées des tropiques vers vos grands froids de décembre.
"Dans la rue glacée je te revois moulée sur un frisson, les yeux à découvert. Le col haut relevé, l'écharpe serrée de la main sur la bouche, tu étais l'image même du secret, d'un des grands secrets de la nature au moment où il se livre et dans tes yeux de fin d'orage on pouvait voir se lever un très pâle arc en ciel"
Tendrement

6. Dominique Hasselmann (site web) 12/12/2008

Une voix comme on ne peut plus en entendre : l'éructation a remplacé la diction, le choix des mots celui des insultes, la vulgarité l'élégance.

Il est vrai qu'un homme politique au plus haut niveau de la fonction n'est pas, en ce moment, l'ombre d'un poète.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 05/05/2014